La forêt de Soignes à la carte: la carte par Ignace Vander Stock (1661), disponible dans la série Sources cartographiques et iconographiques pour l’histoire du paysage en Belgique – Geografische en iconografische bronnen voor de geschiedenis van het landschap in België

                     La forêt de Soignes à la carte

En 2003, la Fondation Roi Baudouin a sélectionné onze projets de mécénat proposés par les Établissements scientifiques fédéraux, parmi lesquels une initiative de protection, de communication et de valorisation des précieuses cartes anciennes de la forêt de Soignes, conservées par les Archives générales du Royaume. Les Archives de l’État ont pu de la sorte bénéficier d’un financement externe pour le projet « La forêt de Soignes à la carte – Het Zoniënwoud in kaart gebracht ». Son objet était d’assurer la restauration des cartes de la forêt de Soignes les plus intéressantes et les plus significatives et de consacrer une publication luxueuse à la carte monumentale d’Ignace vander Stock (datée de 1661) qui orne le hall d’accueil des Archives générales du Royaume. Cette dernière, aisément observable mais trop peu étudiée en détail jusqu’à présent en raison de ses dimensions hors normes, deviendrait ainsi accessible à un plus large public.

La forêt de Soignes a toujours été un des joyaux du domaine des ducs de Brabant et par la suite des souverains qui ont gouverné nos régions. Elle constituait une source importante de rentrées financières et en même temps un magnifique terrain de chasse. La forêt a dû survivre à de nombreuses menaces et bien qu’elle n’en soit pas toujours sortie intacte, elle forme aujourd’hui un complexe forestier unique à proximité de la capitale européenne. Elle attire des milliers de visiteurs et de passants et a acquis auprès des automobilistes la réputation d’être un lieu d’embouteillages fréquents. Cependant, les trois Régions de notre pays, responsables chacune pour une partie de la forêt, parviennent à gérer efficacement la pression de cette affluence.

L’ouvrage que vous avez la joie de découvrir est éditée dans notre prestigieuse série « Sources cartographiques et iconographiques pour l’histoire du paysage en Belgique – Geografische en iconografische bronnen voor de geschiedenis van het landschap in België ». En effet, depuis 1996, les Archives de l’État se sont données pour mission de mettre à la disposition du public notre patrimoine cartographique unique, mais souvent fragile. À l’exception de l’édition des quatre cartes murales de la famille d’Arenberg, qui ont par ailleurs trait à un autre domaine forestier célèbre, à savoir celui de Meerdael-Heverlee, la plupart des « atlas » publiés concernent les possessions d’institutions ecclésiastiques. La présente publication de la carte de la forêt de Soignes est la toute première à être consacrée aux avoirs du souverain.

Avec l’histoire de la forêt de Soignes – forme de Belgique en miniature pour les chevreuils, les écureuils et les champignons –, nous touchons à l’histoire politique de nos régions, à l’histoire économique et sociale, mais aussi à l’histoire environnementale. Comprendre l’évolution de nos sociétés passera nécessairement par l’étude des nouveaux éco-sociosystèmes mi- naturels mi- artificiels dont les forêts périurbaines ne constituent que l’un des chaînons. C’est pourquoi les Archives de l’état collaborent à de nombreux projets en matière d’histoire de l’environnement et participent avec les Facultés Notre-Dame de la Paix à Namur à la réalisation d’un Guide des sources d’archives pour l’histoire de l’environnement en Belgique.

Nous souhaitons aux nombreux amoureux de la forêt de Soignes et de notre patrimoine cartographique et écologique de très agréables moments à la lecture de cette publication.

————————————-

Les Archives générales du Royaume et Archives de l’état dans les provinces regorgent de documents fabuleux. La carte peinte de la forêt de Soignes réalisée par Ignace Vander Stock en 1661 en fait assurément partie[1].

Remarquable par sa taille (2,90 x 2,80 m), son âge (plus de 350 ans), son état de conservation, ses qualités picturales et artistiques, ses nombreuses indications historiques liées à l’évolution de la forêt, à l’histoire des paysages, de l’urbanisme et de l’environnement, elle constitue une source d’information incontournable pour de nombreux chercheurs. Rappelons qu’au moment de la réalisation de la carte, la forêt de Soignes, réserve de chasse de nos différents souverains située aux portes de Bruxelles, couvrait encore plus de 25.000 hectares et s’étendait d’Ixelles à Waterloo (axe Nord-Sud) et d’Overijse à Halle (axe Est-Ouest).

Faute de mise en valeur adéquate, la carte d’Ignace Vander Stock resta malheureusement longtemps méconnue du grand public et peu utilisée par les chercheurs. C’est pourquoi, notre collègue René Laurent chercha pendant de nombreuses années des moyens pour lui offrir un écrin à sa mesure. L’occasion lui en fut donnée en juin 2003. C’est en effet à cette époque que le département de la Politique scientifique, en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin, lança une opération de mécénat culturel au profit des différentes institutions scientifiques fédérales dans le cadre d’un ambitieux programme de valorisation du patrimoine historique, artistique et scientifique[2].

            Dans le cas des Archives de l’état, l’opération intitulée « La forêt de Soignes à la carte. Restauration et valorisation d’un patrimoine cartographique exceptionnel » visait prioritairement à récolter les financements nécessaires à la réalisation d’un coffret protecteur pour la carte d’Ignace Vander Stock conservée dans le hall d’accueil des Archives générales du Royaume. Elle prévoyait aussi la restauration et la préservation de cinq autres cartes représentant la forêt de Soignes au tournant des XVIIeme-XVIIIeme siècles[3], ainsi qu’à la publication d’un ouvrage de référence permettant la mise en valeur de ces documents exceptionnels.

            Le résultat de l’opération ne fut cependant pas à la hauteur des espoirs et, sans la contribution importante des Amis de la forêt de Soignes, le fiasco eut été assuré. Faute de deniers en suffisance, le projet s’en trouva dès lors réduit à une partie du troisième volet, à savoir, l’édition commentée et contextualisée de la carte d’Ignace Vander Stock.

            L’étape suivante, celle de la constitution d’une équipe pluridisciplinaire réunissant des spécialistes de l’histoire de la forêt, de la cartographie et de l’Ancien Régime, fut tout aussi délicate. Chacun prenant l’énergie nécessaire pour partie sur ses temps libres, le travail de rédaction, de compilation, d’harmonisation mais aussi de traduction des différentes contributions nécessita un temps certain qui ne nous permit pas d’être à l’heure pour célébrer le centenaire de la Ligue des Amis de la forêt de Soignes (2009), pas plus que pour l’année internationale des forêts (2011). Planification et délais s’avèrent souvent difficiles à respecter lorsque les projets s’additionnent en rangs serrés !

            Aujourd’hui, les tracas et difficultés sont oubliés, l’ouvrage enfin rédigé et publié. Il est articulé en deux grands volets. Il comporte d’abord une introduction générale évoquant le rôle des arpenteurs et des cartographes et le parcours d’Ignace Vander Stock ainsi que l’histoire des forêts belges et de la forêt de Soignes, en particulier, de manière à replacer la carte dans son contexte immédiat tout en cherchant à offrir des perspectives beaucoup plus larges. Ensuite, le second volet est consacré à l’édition commentée de la carte d’Ignace Vander Stock. Puisque les ektachromes de qualité, réalisées par l’Institut Royal du Patrimoine Artistique dans le courant des années 1990 lors de la restauration de la carte, offraient l’occasion d’exploiter cet ensemble jusque dans ses plus petits détails, il fut décidé de travailler de manière similaire à la méthode utilisée par Pierre Hannick et Jean-Marie Duvosquel pour l’édition de la carte d’Arenberg de la Terre et Prévôté de Neufchâteau[4]. La carte a été (artificiellement) découpée en 35 parties. Pour chacune d’elle, le lecteur trouvera, au regard de l’illustration, la transcription de toutes les indications et toponymes présents sur la carte. Deux limites toutefois. Profondément altérée par le temps, la carte a subi une restauration en bonne et due forme qui se marque par l’utilisation de couleurs qui diffèrent des tons originaux afin de signaler cette intervention extérieure et reconstruction a posteriori. Il n’est pas exclu que des erreurs d’interprétation aient pu être commises tant dans les tracés que dans les toponymes. Insistons encore sur le fait que cette carte ne représente que la seule partie de la forêt de Soignes aux mains du souverain. Elle ne correspond dès lors pas aux véritables limites de la forêt qui comptait encore à l’époque de nombreux propriétaires privés aux lisières.

            Le suivi précis et exhaustif de l’évolution de la représentation cartographique et de l’évolution de la superficie et des limites de la forêt de Soignes doit encore être réalisé. Les moyens techniques désormais disponibles (scanner A0 haute résolution et logiciels spécifiques) permettraient d’utiles comparaisons et simulations que nous n’avons malheureusement pas pu réaliser. Cependant, le choix a été fait d’illustrer et d’enrichir cet ouvrage par la reproduction des autres cartes conservées aux Archives générales du Royaume qui faisaient partie du projet initial.

Afin d’améliorer la lisibilité du texte, le choix a été fait de limiter volontairement l’apparat critique et les notes de bas de page et de renvoyer celles et ceux qui souhaiteraient vers la bibliographie sélective placée en fin d’introduction.

Compte-tenu de son objet, cette publication avait sa place toute indiquée dans la série « Sources cartographiques et iconographiques pour l’histoire du paysage en Belgique – Geografische en iconografische bronnen voor de geschiedenis van het landschap in België » éditée par les Archives de l’état dont elle constitue le 11ème numéro.


[1] Bruxelles, Archives générales du Royaume, Cartes et plans manuscrits, II, n° 7043.

[2] Voir Arte news. Prestige de la Belgique. Art, Science et Mémoire, hors série, Bruxelles, octobre 2003.

[3] Il s’agit des cartes de Lambert Laurain (1634-1638) [91 x 127 cm], d’un anonyme du XVIIIe siècle (1750) [38 x 48 cm], de Ferraris et de Cogeur (1765-1768) [171 x 184 cm] et d’Everaert (1780).

[4] Pierre Hannick et Jean-Marie Duvosquel, La carte d’Arenberg de la Terre et Prévôté de Neufchâteau en 1609 (avec le ban de Mellier et la seigneurie de Bertrix. Edition commentée et enrichie d’un dossier cartographique (XVIIIe-XXe siècle), Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1996, 173 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *