« La Belgique meurtrie 1940-1945 »: archives des dommages de guerre et histoire de l’environnement

La Belgique meurtrie. Destructions et dommages durant la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale a laissé des traces dans chaque esprit, dans chaque commune. De nombreux biens privés ont subi des dommages, ce qui a donné lieu à des indemnisations. Les dossiers de dommages causés aux biens privés lors de la Seconde Guerre mondiale recèlent de nombreux documents administratifs mais également un nombre impressionnant de photos inédites, cartes, plans et autres pièces remarquables qui se veulent les témoins de l’histoire personnelle et collective du pays. Bien qu’en noir et blanc et souvent jaunis, ces témoins visuels permettent de mieux se rendre compte des dégâts collatéraux de la guerre. Ils offrent également de nouvelles perspectives pour l’étude de l’histoire socio-économique de la Belgique.

Du 27 octobre 2012 au 28 février 2013, les Archives générales du Royaume présentent au public un éventail de ce fonds dont les photos ne laissent personne indifférent.

Les Archives de l’État conservent actuellement environ 8 kilomètres linéaires d’archives relatives aux dommages de guerre aux biens privés, dont 900.000 dossiers individuels. Environ 3 km de dossiers doivent encore être versés prochainement par le SPF Intérieur.

Entre 1940 et 1945, 506.090 biens immobiliers, soit près de 23,3 % des bâtiments existants avant la guerre, ont été endommagés ou détruits. Parmi ceux-ci 16.803 bâtiments industriels et commerciaux, 31.253 fermes et de nombreuses habitations privées. Aucune province belge n’a été épargnée.

La constitution des dossiers de dommages de guerre débuta durant la guerre. Ces dossiers ont été introduits en masse après la promulgation d’une loi relative aux dommages de guerre aux biens privés, en 1947.

L’exposition des Archives générales du Royaume permet de redécouvrir cette Belgique meurtrie. Le premier volet de l’exposition est consacré à l’invasion de mai 1940 et aux dommages causés lors de la campagne des 18 jours. Les bombardements et les confiscations durant les années 1943-1944 constituent le deuxième axe de l’exposition. L’exposition s’attarde également sur l’offensive des Ardennes et la Libération.

En marge de l’exposition, les Archives générales du Royaume publient un ouvrage, « Une brique dans le ventre et l’autre en banque », relatif à l’indemnisation des dommages aux biens privés causés par les opérations de guerre et assimilées. En vente sur place, le catalogue de l’exposition est en outre disponible sur le site internet http://www.arch.be.

L’exposition « La Belgique meurtrie. Destructions et dommages durant la Seconde Guerre mondiale » est accessible à la rue de Ruysbroeck 2 à 1000 Bruxelles le lundi de 8h30 à 16h, du mardi au vendredi de 8h30 à 18h ainsi que le samedi de 9h à 12h30 et de 13h à 16h. L’entrée est libre. Des visites guidées pour groupes sont possibles sur demande.

Les dossiers sont consultables aux Archives générales du Royaume 2 – dépôt Joseph Cuvelier, rue du Houblon 26-28 à 1000 Bruxelles sur rendez-vous (e-mail : agr_ar_2@arch.be).

 

Dommages de guerre et histoire de l’environnement

Ces archives issus de l’Administration des Dommages de Guerre aux Biens Privés se révèlent précieuses pour l’histoire de l’environnement.

 

1. L’institution

Dès 1940, les secrétaires généraux des ministères exerçant l’administration du pays, créent le Commissariat Général à la Restauration du Pays et chargent cette institution de recueillir les premiers dossiers des sinistrés, de commencer l’évaluation des dégâts, de raser les bâtiments trop endommagés, etc. Après 1944, le Commissariat Général à la Restauration du Pays est supprimé et le Service des Dommages de Guerre aux Biens Privés est transféré au Ministère des Finances. Ce service dépend ensuite, de 1945 à 1946, du Ministère des Dommages de Guerre, puis à partir du 1er avril 1946 jusqu’en 1952, du Ministère de la Reconstruction. Après 1952 et jusqu’en 1980, terme envisagé par le guide, l’Administration des Dommages de Guerre dépend du Ministère des Travaux Publics.

 

L’Administration des Dommages de Guerre aux Biens Privés dispose de neuf directions provinciales et d’une Direction Centrale des Services Techniques étudiant et mettant en place une méthode rationnelle de reconstruction permettant de bâtir des logements à des prix avantageux. Dans cette optique, la Direction Centrale des Services Techniques gère 48 coopératives d’aide pour la reconstruction aux sinistrés et se charge de l’étude et de l’exécution de la construction massive.

 

2. Les archives

Les fonds d’archives de l’Administration des Dommages de Guerre aux Biens Privés se répartissent entre une série centrale et une série provinciale disponibles pour chaque provinces. Les séries provinciales faisant généralement doublons aux séries centrales, seuls les plans, les cartes, les photographies et les dossiers exceptionnels ont été conservés. On consultera donc en priorité les archives des séries centrales qui sont bien plus complètes.

 

Les dossiers sont classés selon un ordre numérique. Pour retrouver un dossier individuel, un fichier alphabétique pour l’ensemble du pays est disponible aux Archives Générales du Royaume 2 Dépôt Joseph Cuvelier. Ce fichier renseigne le numéro de dossier, le nom du sinistré et son adresse ainsi que le lieu du sinistre. Il existe également un fichier géographique par communes et pour les grandes villes, par rues. Ce dernier fichier peut parfois être incomplet suivant les provinces.

 

Les fonds des dommages de guerre aux biens privés des séries centrales et provinciales contiennent les dossiers de demande d’indemnisations. Ces dossiers peuvent se subdiviser en fonction des biens endommagés : biens immobiliers bâtis ; biens immobiliers non bâtis (terres et terrains, aménagements fonciers) ; équipement des exploitations industrielles, commerciales, artisanales et agricoles, les biens meubles affectés à des fins professionnelles, au besoin d’un culte public, à des fins de philanthropie, d’éducation, d’enseignement ou de prévoyance sociale ; les marchandises et produits fabriqués par le sinistré ; les matières premières, les provisions agricoles achetées, les marchandises de revente, le cheptel vivant (gros et menu bétail), les pigeons voyageurs, les petits animaux domestiques, les abeilles ; les récoltes sur pied, les produits de la ferme, les animaux de basse-cour ; les cultures permanentes, les plantations fruitières, les arbres et plantations d’agrément ou d’ornementation ; les navires et bateaux, les bâtiments de navigation intérieure.

 

Pour obtenir une indemnisation financière de l’État, les dommages causés par fait de guerre doivent être directs. Ainsi, la majeure partie des dossiers comprend une description détaillée relatant les opérations militaires, les mesures d’occupation, les actes de sabotage ou les infractions commises à la faveur des administrations publiques afin d’établir un lien entre le fait de guerre et le dommage subi. De plus, vu que l’indemnisation octroyée par l’État doit être déduite des sommes payées par les compagnies d’assurance contre les risques de guerre, une copie de la police d’assurance des sinistrés figure dans les dossiers. Enfin, les dossiers d’indemnisation se composent également de documents relatifs à la procédure d’indemnisation tels que des procès-verbaux de constatation et d’évaluation des dommages, des rapports d’expertise des dégâts ou encore des fiches techniques d’indemnisation définitive. Ces dossiers contiennent généralement des plans, des cartes et des photographies.

 

3. Dommages de guerre et histoire de l’environnement

Ces archives permettent d’aborder au moins trois grandes thématiques en histoire de l’environnement:

 

A. Santé publique, pollution et  assainissement des sols

La Seconde Guerre Mondiale a engendré un bombardement massif de la Belgique et des munitions, notamment des bombes et des obus n’ayant pas explosés à l’impact, parsèment encore le territoire belge.

Les archives des Dommages de guerre peuvent servir à définir les risques de présence de bombes non explosées grâce à un « cadastre des bombardements« . Toutefois, ces archives ont encore une utilité administrative en ce qui concerne l’assainissement des sols et l’élaboration du cadastre du sous-sol (canalisations de bâtiments détruits).

Pour un grand nombre d’entreprises, les dossiers des dommages de guerre permettent d’identifier clairement et précisément où étaient situés leurs produits chimiques voire toxiques. Or pour certains terrains, il est souvent difficile de déterminer la qualité des sols et de connaître la dispositions des bâtiments qui y étaient bâtis.

Les archives des dommages de guerre peuvent permettre aux gestionnaires de ces terrains de mener une étude de l’historique de pollution des sols et de circonscrire les zones où il paraît utile de sonder le sol en vue d’un assainissement, et de déterminer les types de traitement nécessaires afin de réhabiliter d’anciens sites industriels. Ce travail de recherche peut représenter un gain de temps et d’argent important pour les administrations, les entrepreneurs et les particuliers.

Ces archives contiennent également une masse importante de données relatives aux sites industriels, aux activités qui s’y déroulaient, aux produits qui y étaient utilisés, à leur localisation voire à la disposition des lieux. Enfin, les pouvoirs publics mènent actuellement une politique visant à réhabiliter des sites pollués ou potentiellement pollués afin de permettre le redéploiement économique du pays et des régions par la création de nouveaux espaces et par l’amélioration de l’environnement de nos régions qui ont été profondément marquées par plus de deux siècles d’industrialisation lourde. Dans cette optique, les administrations régionales ont réalisé des cadastres des sites pollués ou potentiellement pollués, ont édicté des cadres juridiques basés sur la notion de « pollueur-payeur », ont mis en oeuvre des travaux d’assainissement des sols et une politique de primes pour inciter les particuliers à contribuer à ce programme environnemental. Dans ce cadre, de nombreuses institutions régionales ont déjà recours aux archives des dommages de guerre afin de mener leurs études sur l’histoire de la pollution des sols.

 

B. Urbanisme et aménagement du territoire

Les archives des dommages de guerre permettent de mener des recherches au niveau de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire à l’échelle de la Belgique car toutes les régions et provinces du pays ont été touchées par les destructions. Dans certaines zones les dégâts ont parfois été considérables et ont marqués profondément et durablement le paysage. Ces archives sont d’autant plus intéressantes qu’elles concernent environ 25% des biens immobiliers existant en 1940.

Les archives des dommages de guerre et celles de l’Administration Centrale de l’Urbanisme également conservées aux Archives Générales du Royaume 2 Joseph Cuvelier, offrent la possibilité d’étudier les politiques d’urbanisme et d’aménagement du territoire ou l’absence de ces politiques dans le chef de l’Etat ou des communes. Après la Seconde Guerre Mondiale, la reconstruction a donné lieu à des choix architecturaux et urbanistiques dont les résultats sont encore visibles de nos jours. On consultera également aux Archives Générales du Royaume (dépôt Ruysbroeck) les archives du Commissariat Général à la Restauration du Pays.

 

C. Histoire rurale

Les dossiers des dommages de guerre contiennent des documents très précieux pour l’étude de la propriété et du patrimoine en milieu rural. Ces dossiers conservent les types de documents suivants:

– Liste des biens immobiliers bâtis

– Liste des biens immobiliers non bâtis (terres et terrains, aménagements fonciers)

– Description de l’équipement des exploitations industrielles, commerciales, artisanales et agricoles

– Liste des marchandises et produits fabriqués par le sinistré

– Liste des matières premières ; des provisions agricoles achetées ; des marchandises de revente

– Relevé du cheptel vivant ; des pigeons voyageurs ; des petits animaux domestiques ; des ruches

– Liste des récoltes sur pied ; des produits de ferme ; des animaux de basse-cour

– Liste des cultures permanentes ; des plantations fruitières

– Liste des arbres et plantations d’agrément ou d’ornement

Ces sources permette dès lors de dresser un portrait relativement complet des exploitations agricoles et du paysage rural, notamment des zones cultivées et des zones forestières.

 

4. Des sources complémentaires

Pour aller plus loin, le chercheur pourra consulter avec profit les fonds d’archives suivants:

– Pour la Première Guerre Mondiale:  Archives de l’Office des Régions Dévastées (1919-1926 aux Archives Générales du Royaume)

– Pour la période 1940-1944: Archives du Commissariat Général à la Restauration du Pays (Archives Générales du Royaume)

– Pour l’après Seconde Guerre Mondiale: Archives de l’Administration de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire et Archives du Ministère des Travaux Publics. Administration des Travaux Communaux (tous les deux aux Archives Générales du Royaume 2 Joseph Cuvelier)

 

5. Bibliographie

ANTOINE F., Les dossiers individuels des dommages de guerre aux biens privés (Deuxième Guerre Mondiale), Bruxelles, 2011 (Archives Générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces. Jalons de recherche, 27).

TALLIER P.-A., « Une brique dans le ventre et l’autre en banque ». L’indemnisation des dommages aux biens privés causés par les opérations de guerre et assimilées. Sources pour une histoire plurielle du 20e siècle, Bruxelles, 2012 (Archives Générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces. Studia, 136).

La Belgique meurtrie. Destructions et dommages durant la Seconde Guerre Mondiale. Catalogue de l’exposition du même nom aux Archives Générales du Royaume 27 octobre 2012 au 28 février 2013, Bruxelles, 2012 (Archives Générales du Royaume et Archives de l’Etat dans les Provinces. Service éducatif. Catalogues, 189).

Les inventaires de la série centrale déjà publiés :

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série centrale. Province de Liège 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 13).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série centrale. Province de Luxembourg 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 15).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série centrale. Province de Namur 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 17).

 

Les inventaires des séries provinciales déjà publiés :

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province d’Anvers 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 8).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Brabant 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 9).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Flandre Occidentale 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 11).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Flandre Orientale 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 12).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Hainaut 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 10).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Limbourg 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 14).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province d’Anvers 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 16).

ANTOINE F., Inventaire des archives du Ministère de la Reconstruction. Archives de l’Administration des Dommages aux Biens Privés. Série provinciale. Province de Namur 1940-1980, Bruxelles, 2012 (N° Archeion : AGR2/ARA2 I 18).

 

Ces fonds d’archives feront l’objet de notices détaillées dans le guide GARDEN.

 

Danielle Caluwé & Kevin Troch


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *