Valérie CHANSIGAUD « Des hommes et des oiseaux »: compte rendu et pistes de recherche pour l’histoire de la protection des oiseaux en Belgique

 

Valérie CHANSIGAUD « Des hommes et des oiseaux. Une histoire de la protection des oiseaux », Paris, 2012. ISBN: 978-2-603-01844-6. Prix conseillé: 29,90 eur.

 

 

Compte rendu

Le 3 mai 2012 est paru aux éditions Delachaux et Niestlé l’ouvrage de l’historienne de l’environnement Valérie Chansigaud, « Des hommes et des oiseaux. Une histoire de la protection des oiseaux » préfacé par Allain Bougrain-Dubourg et publié dans le cadre des 100 ans de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (France).

Richement illustré, rédigé dans un style agréable et scientifique, faisant preuve d’une remarquable érudition, Des hommes et des oiseaux constitue une brillante synthèse de l’histoire de la protection des oiseaux, principalement en France, en Europe et dans le monde anglo-saxon (Etats-Unis, Australie, etc.), et mérite de figurer dans la bibliothèque de quiconque s’intéresse de près ou de loin à l’histoire de l’environnement.

Valérie Chansigaud nous emmène à travers les 7 chapitres que compte son ouvrage à la découverte des relations qu’entretiennent les hommes avec les oiseaux depuis la fin de l’Ancien Régime jusqu’à nos jours. C’est avec beaucoup d’intérêt (et souvent de tristesse) que nous (re)découvrons de quelles manières les relations des Hommes envers les oiseaux se sont lentement modifiées au 19e et au début du 20e siècle pour passer d’une relation principalement de prédation à une volonté de protection, de préservation et de conservation.

Grâce à un exposé clair et concis, Valérie Chansigaud nous permet de suivre cette modification de comportement et de pensée pas à pas. Le premier chapitre  aborde la prise de conscience que les espèces peuvent disparaître et sa diffusion progressive au sein de la culture occidentale. Le deuxième chapitre présente « la recherche des coupables », notamment par la dénonciation de plus en plus fréquente des massacres, des chasses commerciales et des effets de mode, notamment les chapeaux féminins parés de plumes et parfois d’oiseaux entiers, qui sont responsables de la dépopulation de nombreuses espèces d’oiseaux. Le troisième chapitre retrace l’histoire des mouvements citoyens en faveur des oiseaux et la création des premières sociétés de protection entre 1880 et 1920. Le quatrième chapitre décrit le bouleversement scientifique et technologique que subit l’ornithologie, notamment par l’utilisation de la photographie et l’observation de terrain. Le cinquième chapitre présente les différents traités, lois, conventions et directives internationales. Le sixième chapitre aborde les bouleversements causés par la modernisation (industrialisation, procédés techniques nouveaux, aménagement du territoire, développement de l’agriculture, moyens de transports et amélioration de l’armement, diffusion des produits chimiques, etc.) sur les oiseaux et leur habitat. Enfin, le septième chapitre qui sert de conclusion, nous pose la question « Pourquoi protéger les oiseaux ? » et interroge la relation que nous tissons avec notre environnement. Une bibliographie bien fournie, un index et une chronologie très utiles concluent ce riche et passionnant ouvrage.

http://valerie-chansigaud.fr/index.php/des-hommes-et-des-oiseaux

Des archives des institutions publiques pour l’histoire de la protection des oiseaux ?

Ecusson pour la protection des petits oiseaux, 1900 (A.E.M., Ville de Mons. Section contemporaine)

 

Des hommes et des oiseaux nous invite à nous pencher sur les sources d’archives produites par les institutions publiques  rencontrées dans le cadre du GARDEN et relatives à l’histoire de la protection des oiseaux en Belgique aux 19e et 20e siècles. Ces archives se révèlent d’autant plus précieuses que la protection des oiseaux en Belgique ne s’est diffusée que très lentement et très tardivement auprès des autorités publiques comparativement aux autres pays européens (la loi belge sur la chasse de 1846 étant fort incomplète sur le sujet).

Outre les archives des sociétés protectrices des animaux, des associations de chasse, des revues et journaux imprimés, etc.; la consultation des archives des diverses institutions publiques ayant joué un rôle dans la (non) protection des oiseaux peut s’avérer fructueuse pour mener ce type d’étude.

Dans les dépôts des Archives de l’Etat en Belgique, on consultera principalement les archives des institutions suivantes :

1. Administration des Eaux et Forêts (1801-1980)

Cette administration dispose de la chasse dans ses compétences. Dans les différents fonds conservés dans les dépôts des Archives de l’Etat se trouvent des dossiers relatifs à la tenderie, à l’oisellerie, aux destructions d’animaux nuisibles et, pour les documents les plus récents, à la protection de la nature et des oiseaux. Certains fonds des Eaux et Forêts contiennent également des dossiers relatifs aux délibérations du Conseil Supérieur de la Chasse créé en 1908 et régionalisé en 1982.

2. Gouvernements provinciaux et prédécesseurs en droit (1795-1980)

Les fonds d’archives des gouvernements provinciaux s’avèrent très riches en renseignements à propos des oiseaux. La plupart des fonds provinciaux contiennent, pour la plupart, des séries portant sur la chasse et la protection de la nature. On notera même l’existence d’une série complète consacrée à l’oisellerie dans la province de Liège, classée par oiseleurs et couvrant les années 1961 à 1970 (Archives de l’Etat à Liège).

3. Villes et communes (1795-1980)

Les fonds communaux conservés aux Archives de l’Etat conservent des dossiers relatifs à la chasse, à la protection des oiseaux (Mons par exemple), etc. La situation varie sensiblement en fonction de la situation géographique de la localité et surtout de l’état de conservation des archives communales.

 4. Tribunaux (1795-1980)

De nombreux dossiers relatifs principalement à la tenderie, aux délits forestiers et à la chasse se trouvent dans les fonds d’archives des institutions judiciaires. On consultera principalement les archives des justices de paix, des tribunaux de simple police et des tribunaux de première instance (et leurs prédécesseurs en droit). Malheureusement, ces fonds ne disposent pas toujours d’inventaires détaillés. Un procédé par échantillonage peut pallier à ce défaut.

Enfin, pour conclure, nous retranscrivons un exemple de document disponible dans les fonds d’archives conservés par les Archives de l’Etat:

Source: Pétition concernant la chasse aux oiseaux, 2 janvier 1806, dans Archives de l’État à Liège, Préfecture du département de l’Ourthe, n° 37617 (n° provisoire). Le fonds de la préfecture du département de l’Ourthe (Liège), un des plus riche de Belgique pour la période française, est en cours de reclassement. Un nouvel inventaire sera publié prochainement.

 

Retranscription :

À monsieur Micoud Dumonds, préfet du département de l’Ourte

Monsieur le préfet,

La chasse aux oiseaux (communement dite la tendrerie) avoit sous l’ancien regime ses reglements de police. Ils furent nécessités par l’intéret public et particulier.

Par l’intéret public en ce qu’il est constant que l’oiseau se nourit des reptiles nuisibles a l’intéret du cultivateur et que sa trop grande destruction devenoit prejudiciable a l’agriculture.

Nuisible a l’intéret particulier parce que l’on voyoit poser des filets sur des terres ensemencées et que souvent le grand eloignement des détenteurs ne permettoit point d’avoir constamment les yeux sur les dommages que l’on causoit a leurs terres cultivées.

Ce furent ces motifs puissants qui firent interdire sous peine de confiscation des filets de pouvoir tendre après le dernier jour du mois de decembre ni avant le quinze du mois d’aout.

Confiant dans votre amour pour le bien public, les soussignés concluent a ce qu’il vous plaise interdire pour l’avenir la chasse aux oiseaux depuis le premier janvier jusqu’au quinze aout et d’ordonner aux gardes champetres et aux gendarmes nationnaux de confisquer les filets des contrevenants et de vouloir inviter messieurs les maires des communes de donner la publicité necessaire a l’arreté qui interviendra sur la presente reclamation.

Salut et respect.

Signé : L. Corbusier, proprietaire au bois de Bieux ;  Gaspar Beaufays proprietair a Beaufays ; André Coos, juge de paix du canton de Fleron ; J. Varlet, notaire impérial à Beyne ; T. Ronisée, proprietaire à Beine ; P.J. Labeye, curé de Beine et Hensay ; A. Mélotte, propriétaire ; Malherbe, proprietaire ; L. Charlier, proprietaire a Grivegnée ; G. Simonis

 

Danielle Caluwé & Kevin Troch


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ce livre est trés,trés intéressant et inspirant (et triste) POUR QUI AIME LES OISEAUX ET VOUDRAIT QU’ILS CONTINUENT À EMBELLIR NOS VIES, ET NOTRE ÉVLUATION DU PROGRÈS EN TERME DE PROTECTION.

    A very impressive and historical look, at men and birds,and the history of the protection, quotes, many beautiful but sad pictures.I can say MUST READ, for anyone interested about the evaluation of our progress in terms of protection and what the past errors have taught us, sometimes too late.. If you love birds..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *